Apprendre à apprendre ? Faut-il continuer à “apprendre” tout au long de sa vie ? La question est peut-être mal posée car je parie que tout le monde répondra par l’affirmative à ce genre de question. Donc, la vraie question n’est pas de savoir s’il faut continuer à apprendre toute sa vie, mais “à quoi cela sert-il ?” et “en quoi se former tout au long de sa vie est-il important ?”.

C’est ce que nous allons voir dans cet article.

A quoi sert-il de se former continuellement ?

Bien entendu, le bon sens nous dira que “ca sert toujours”. Mais allons plus loin. Se former continuellement est utile dans tous les aspects de notre vie, que ce soit dans notre vie personnelle ou dans notre vie professionnelle (que l’on soit salarié ou entrepreneur).

Dans notre vie personnelle, se former continuellement ne sert pas seulement à briller en société lors de soirées entre amis 😉

Cela sert aussi, et surtout, à nous mettre dans un état d’esprit beaucoup plus ouvert au monde et à ses changements que quelqu’un qui a arrêté de s’intéresser au Savoir.

Cela me rappelle une sage parole de Confucius :

“Quand on désire savoir, on interroge. Quand on veut être capable, on étudie. 
Revoyez sans arrêt ce que vous savez déjà. Étudiez sans cesse du nouveau. 
Alors vous deviendrez un Maître.”

EXEMPLE 1 :

EXEMPLE 2 :

Prenons l’exemple les enfants qui, une fois adolescents, posent parfois des soucis aux parents. Les parents sont souvent démunis face à la découverte que son ado s’adonne aux “joies” de ma marijuana. Comment réagir ? Faut-il sévir ? Faut-il parler “entre 4 yeux” ? Il est vrai qu’on ne naît pas parent, on le devient. Les meilleurs parents sont souvent ceux qui ont compris qu’être parent est un apprentissage.

Et qu’est-ce qu’un apprentissage sinon, une somme de connaissances acquises. Il faut donc, autant que faire se peut, se former au métier de parent. C’est une solution aussi valable que de faire avec nos enfants comme on fait nos parents avec nous, non ?

Prenons l’exemple de la relation avec les autres, avec ses proches, avec ses amis ou ses collègues de travail. Généralement, quand j’entame une discussion à ce sujet avec mes relations, on me répond souvent :

  • J’essayes d’être sympa avec tout le monde et d’éviter les conflits.
  • Je suis qui je suis et celui à qui ca ne plaît pas, tant pis pour lui !

 

Entre ces 2 profils qu’on rencontre le plus souvent, il y a peut-être un juste milieu à trouver. Bien communiquer avec les autres s’apprend également. Je vous recommande d’ailleurs à ce sujet l’excellent livre : 50 exercices pour mieux communiquer avec les autres.

On pense souvent tout connaître en se disant qu’il suffit d’être naturel ou d’être soi-même pour la communication avec autrui se passe bien. Il n’y a rien de plus faux.

D’abord parce que communiquer est un échange, c’est-à-dire une écoute et un discours. On parle, on écoute, on répond, etc. Peu de personnes sont conscientes de l’importance de l’écoute. Pourtant un veil adage oriental dit que “nous avons 2 oreilles et 1 bouche, c’est bien pour écouter 2 fois plus qu’on ne parle”. Pourtant, vous remarquerez que la plupart des personnes préfèrent parler qu’écouter.

Là-dessous aussi, je vous recommande une lecture intéressante à plus d’un titre : Savoir écouter, ça s’apprend ! : Techniques simples et concrètes pour bien communiquer.

Dans la vie professionnelle aussi, les conflits en entreprise ne sont pas rares. Alors, bien entendu, la gestion managériale moderne impose sans cesse des sommes de tâches de travail toujours plus grandes. Au point que le burnout et le stress au travail sont en passe d’être reconnus comme maladies professionnelles.

Et il n’y a pas besoin d’être cadre ou cadre dirigeant pour souffrir au travail, c’est le lot de quasiment tout le monde. Pourtant une solution existe. Apprendre à communiquer !

Communiquer intelligemment ne veut pas dire jouer un rôle ou ne plus être soi-même. Il n’est pas question de devenir quelqu’un d’autre pour plaire à M. X ou Mme Y. Ce dont nous parlons ici, c’est d’adapter vos actions, vos réactions et votre discours à la (ou les) personne(s) que vous avez en face, tout en restant vous-même, aligné avec vos propres valeurs.

Il ne s’agit pas non plus de devenir le gentil petit “toutou” de la boîte qui ne refuse jamais et est toujours prêt à rester le soir après les autres pour finir un boulot.

Communiquer intelligemment en entreprise nécessite quelques connaissances (oh, le vilain mot que revoilà…) en PNL (Programmation Neuro-Linguistique), autant qu’en psychologie humaine.

Là aussi, des tas de documentation ou formations existent, gratuites ou payantes, disponibles sur le web ou en librairie. Il faut juste être conscient que l’on a besoin de se former (aussi) sur ce sujet de la communication intelligente en entreprise.

Lisez par exemple CET EXCELLENT ARTICLE, très intéressant et instructif de l’un de mes estimés confrères. Vous pourrez d’ailleurs même obtenir gratuitement un PDF “d’auto-coaching” à ce sujet.

Vous l’aurez compris, là encore, la formation est essentielle pour bien communiquer en entreprise, avec ses collègues, ses supérieurs ou ses subalternes.